Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur

Publié le par Ludovic Bugand

Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur

L’inspiration manque pour écrire cet article sur Kuala Lumpur qui ne nous a pas véritablement fascinée. Pourtant, toutes les capitales asiatiques que nous avons visitées nous ont toutes enthousiasmées malgré un petit bémol pour Phnom Penh. Cet avis est bien entendu subjectif et peut être que la nostalgie de cette fin de voyage nous empêche d’apprécier à sa juste mesure Kuala Lumpur. Et puis, nous pouvons oser le dire, nous en avons vu des choses depuis 6 mois et objectivement KL nous apparaît un ton en dessous au classement des capitales surtout quelques jours après la visite de Singapour.

Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur

Pourtant, cette ville a tout pour elle. Comparée à ces concurrentes, elle est beaucoup plus aérée avec de grands parcs ce qui la rend respirable et moins stressante à pied avec des enfants. Nous aurons d’ailleurs fait un détour au Bird Park qui est la plus grande volière du monde et où l’on peut admirer de près pleins d’espèces d’oiseaux (Voir l’article de Paul). Mais elle a aussi de grands avenues aériennes, des grands boulevards ce qui n’est pas toujours agréable quand nous marchons et c’est assez difficile de se repérer.

Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur

Kuala Lumpur possède également les plus grandes tours jumelles du monde, les tours Petronas, symbole moderne de la ville qui culminent à 452 m.

Le petit chaperon rouge à Kuala LumpurLe petit chaperon rouge à Kuala Lumpur
Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur
Le petit chaperon rouge à Kuala LumpurLe petit chaperon rouge à Kuala Lumpur
Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur
Le petit chaperon rouge à Kuala LumpurLe petit chaperon rouge à Kuala Lumpur
Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur

Et effectivement, c’est le genre de vue qui vaut toujours le détour et qui marque l’esprit des enfants mais aussi le notre, tout comme le parc KLCC à ses pieds où les enfants profiteront des bassins et des centaines de jeux ou encore le centre commercial avec ses deux formules 1, l’aquarium ou encore l’exposition futuriste sur les méduses.

Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur
Le petit chaperon rouge à Kuala LumpurLe petit chaperon rouge à Kuala Lumpur
Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur
Le petit chaperon rouge à Kuala LumpurLe petit chaperon rouge à Kuala LumpurLe petit chaperon rouge à Kuala Lumpur

Enfin, comme Malacca, KL a une histoire très riche et a vu débarquer plusieurs populations lui conférant ainsi une forte mixité et parsemant la ville de quartiers typiques comme Chinatown, Little India, le quartier malais ou encore le quartier colonial.

Cathédrale

Cathédrale

Temple Hindou
Temple HindouTemple HindouTemple Hindou

Temple Hindou

Nous en profitons donc pour nous balader dans Chinatown, toujours facilement reconnaissable avec ses rues commerçantes décorées de lanternes rouges, sa food street et ses temples toujours emplis de volutes d’encens.

Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur
Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur
Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur
Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur

Un peu plus loin, nous enlevons nos tongs (comme toujours) et Valérie s’enveloppe du voile pour visiter la belle mosquée Masjid Jamek avec ses dômes et minarets en briques crème et rose.

Le voilà !

Le voilà !

Le petit chaperon rouge à Kuala LumpurLe petit chaperon rouge à Kuala Lumpur
Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur

Tout cela avant de rejoindre encore à pied le Merdeka Square, un ancien terrain de criquet à l’époque coloniale avec l’extravagant Sultan Abdul Samad Building et ses coupoles recouvertes de cuivre (mélange d’architecture victorienne, maure et mongole typique de nombreux bâtiments de KL de l’époque coloniale). C’est devenu La place de KL, là où fut proclamé l’indépendance du pays en 1957.

Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur
Le petit chaperon rouge à Kuala LumpurLe petit chaperon rouge à Kuala Lumpur
Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur

A kuala Lumpur, nous continuons de trotter comme ailleurs sauf qu’ici la chaleur use plus rapidement nos dernières forces et en particulier celle de Simon qui commence à tirer dur en cette fin de voyage. Eh oui, monsieur en aura parcouru des kilomètres à pied pendant ces 6 mois pour des visites pas toujours très ludiques pour lui. Il mérite amplement sa petite palme du courage !

Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur
Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur

Du coup nous lui réservons son temps de repos l’après-midi dans notre hôtel, au Classic Inn qui mérite lui aussi une palme pour la gentillesse de son personnel. D’ailleurs d’une façon générale, nous retenons surtout de la Malaisie la sympathie de ses habitants qu’ils soient d’origine malaise, chinoise ou indienne.

Le petit chaperon rouge à Kuala Lumpur

La nourriture est aussi très bonne : nous retrouvons des « nasi goreng » ou des « mee goreng » comme en indonésie (d’ailleurs la langue est quasiment la meme) mais aussi des nouveautés comme le laksa, nouilles servies dans une soupe au lait de coco épicée avec des germes de soja, des oeufs de caille, des crevettes, du poulet émincé et du tolu sec bref un beau mélange de saveurs.

Bon là, ce sont des sushi !

Bon là, ce sont des sushi !

Pour la suite de notre visite, nous demanderons également à un taxi driver de nous conduire dans le quartier malais. Et là, il ne comprend pas. Jamais personne ne lui demande de se rendre dans ce quartier « mal famé » qui effectivement ne vaudra pas le détour, enfin on n’en sait trop rien car finalement nous ne sommes pas sortis de sa voiture. Par contre il nous vantera les mérites de Batu caves à une 40 de kms ainsi que d’un village alsacien. Encore un grand complexe touristique à la malaisienne…

C’est sans doute cela qui nous a déçu, c’est que en dehors de 2 ou 3 places d’intérêt, il n’y a pas grand chose en dehors des centaines de grand centres commerciaux, des multiples parcs d’attraction (en face de notre hôtel c’est encore mieux il y a un immense parc d’attraction dans le centre commercial!!) et de complexe du type « kitch land ».

Donc 3 nuits c’est très bien et nous décidons de poser nos valises à Kuala Selangor pour se détendre à la lueur des lucioles en attendant notre vol pour Pénang.

Publié dans carnet, malaisie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article