Kep ou pas Kep ?

Publié le par Ludovic Bugand

Kep ou pas Kep ?

Nous avons longuement hésité à prendre la direction du Sud du Cambodge dont les quelques îles et la côte bordée de plages paradisiaques sont depuis moins de 10 ans transformés en un nouvel Eldorado particulièrement fréquentés par les russes. Néanmoins, en voyant la fatigue et l’énervement des enfants grimper de jour en jour, l’idée de rester toute une semaine dans la bruyante Phnom Penh a vite été écartée. Se faire une petite pause plage avant de rejoindre l’agitation du Vietnam avec ses 90 millions d’habitants s’impose même comme une nécessité pour bien recharger les batteries.

Nous écartons Sihanoukville trop bondée pour hésiter entre Kampot et Kep beaucoup plus calme car les plages, il y en a qu’une pas vraiment exceptionnelle. La réponse des guesthouse décidéra pour nous et nous voilà donc tous les 7 partis en direction de Kep et plus exactement Kep-sur-mer.

Kep ou pas Kep ?Kep ou pas Kep ?
Kep ou pas Kep ?
Kep ou pas Kep ?

Kep est une « ville » assez déconcertante. D’une part, on a un peu de mal à se repérer, car il n’y a pas de centre ou plutôt, il y en a plusieurs espacés d’au moins 3 kms. D’autre part, Kep nous donne l’impression d’un village fantôme avec ses maisons coloniales et hôtels détruits par les Khmers rouges et laissés à l’abandon. Se mêle à la fois les traces de l’histoire coloniale puisque Kep faisait office de station balnéaire pour les colons français au début du siècle dernier souhaitant échapper pour le week-end à la chaleur étouffante de Phnom Penh puis les traces des khmers rouges. Très peu de maisons ont été restaurées, seule la nature est chargée de masquer ces ruines qui donnent à la ville une forme d’abandon. Pourtant il subsiste un peu d’animation assurée par les quelques guesthouse de l’île et le va et vient des touristes (essentiellement français) venus sur son marché pour déguster les crabes de Kep avec de surcroit une petite sauce au poivre de Kampot (c’est encore meilleur même si avec la carcasse du crabe c’est un peu galère, Jean-Pierre ne me contredira pas).

De l'océan à l'assiette, il n'y a qu'1 mètre à parcourir !De l'océan à l'assiette, il n'y a qu'1 mètre à parcourir !

De l'océan à l'assiette, il n'y a qu'1 mètre à parcourir !

Le marché aux crabes (qui l'on ébouillante sur place). Bon, on n'y trouve pas que des crabes...Le marché aux crabes (qui l'on ébouillante sur place). Bon, on n'y trouve pas que des crabes...
Le marché aux crabes (qui l'on ébouillante sur place). Bon, on n'y trouve pas que des crabes...Le marché aux crabes (qui l'on ébouillante sur place). Bon, on n'y trouve pas que des crabes...

Le marché aux crabes (qui l'on ébouillante sur place). Bon, on n'y trouve pas que des crabes...

Kep ou pas Kep ?

La grande plage est bien appréciée des enfants aussi et l’eau est bien chaude; son océanarium est très intéressant aussi.

Kep ou pas Kep ?Kep ou pas Kep ?
Kep ou pas Kep ?
Kep ou pas Kep ?

On y va aussi pour rejoindre The Rabbit Island située à 30 minutes de bateau du rivage. Nous y passons la journée, non pas à la recherche du lapin même juste pour se baigner et se reposer à l’ombre des cocotiers un verre de Pina Colada à la main… J’arrête pour vous éviter la dépression mais ce petit crochet valait bien ce détour par le sud d’autant plus que ce petit paradis encore préservé vient d’être repéré par des investisseurs coréens. Ce voyage nous donne parfois l’impression d’une course face à tous ces changements qui transforment progressivement la face du monde. Finalement c’est moi qui vais déprimer le premier…

Kep ou pas Kep ?Kep ou pas Kep ?Kep ou pas Kep ?
Kep ou pas Kep ?Kep ou pas Kep ?
Kep ou pas Kep ?Kep ou pas Kep ?

Nous en profitons également pour sillonner les environs de Kep. Mais pas à facile à 7 de se déplacer. Par chance, nous trouvons à proximité de l’embarcadère un loueur qui propose bicyclettes, scooter ainsi que 2 Jeep Willys. Pour ceux que ne le savent pas, la Jeep Willys est le premier 4*4 de l’histoire fabriqué jusqu’en 1945. Ni une ni eux, notre sang à Jean-Pierre et moi ne fait qu’un tour et nous voilà au volant de cette mythique voiture de plus de 70 ans et pour seulement 50 $ les 2 jours. Par contre, ça consomme du 20 litres au cent mais vu le peu de Kms que nous souhaitons parcourir on ne se refuse pas ce plaisir et la liberté de pouvoir aller où bon nous semble.

Kep ou pas Kep ?Kep ou pas Kep ?
Kep ou pas Kep ?

Au final, ces 4 jours à Kep passeront très vite entre la découverte des marais salants et des villages de pêcheurs sans oublier les petites grottes alentour où nous serons poursuivis par une quinzaine d’enfants voulant nous vendre leur lampe torche et leur service de guide.

Les marais salais dont le procédé est calqué sur les marais de GuérandeLes marais salais dont le procédé est calqué sur les marais de Guérande
Les marais salais dont le procédé est calqué sur les marais de Guérande
Les marais salais dont le procédé est calqué sur les marais de GuérandeLes marais salais dont le procédé est calqué sur les marais de Guérande

Les marais salais dont le procédé est calqué sur les marais de Guérande

Kep ou pas Kep ?
Kep ou pas Kep ?Kep ou pas Kep ?
Kep ou pas Kep ?Kep ou pas Kep ?
Kep ou pas Kep ?
Kep ou pas Kep ?
Kep ou pas Kep ?Kep ou pas Kep ?

Nous visiterons les plantations du poivre de Kampot considéré comme l’un des meilleurs du monde. Nous apprendrons qu’il pousse en liane comme du lierre.

Kep ou pas Kep ?Kep ou pas Kep ?
Kep ou pas Kep ?
Kep ou pas Kep ?Kep ou pas Kep ?Kep ou pas Kep ?

Nous nous arrêterons également dans une coopérative à Kampot où nous restons scotchés par la dextérité des ouvrières chargées du tri des graines de poivre noir, rouge ou blanc ainsi que du tri des fleurs de sel.

Kep ou pas Kep ?
Kep ou pas Kep ?Kep ou pas Kep ?

Pourtant ce passage par Kampot ne restera pas graver dans nos mémoires si ce n’est ces anciennes maisons coloniales qui bordent la rivière et qui donnent à ses rues l’impression d’une ville d’un autre temps.

Kep ou pas Kep ?Kep ou pas Kep ?
Kep ou pas Kep ?Kep ou pas Kep ?
Kep ou pas Kep ?Kep ou pas Kep ?

Ces 4 jours passeront vite tout comme les 3 semaines passés en compagnie de PapyJeep et Mamie Jo. Un grand merci à eux d'avoir fait autant de kilomètres pour partager un bout de notre voyage.

Kep est donc le lieu des au-revoirs. C’est dur sur le moment de se quitter alors on verse une petite larme et on se plonge dans le guide du Vietnam pour préparer la prochaine étape. Il y a parfois des petits coups de mou dans le voyage. Le départ des 4000 îles au Laos nous avait un peu coupé dans notre élan. Heureusement les retrouvailles avec Papi Jeep et Mamie Jo nous ont bien rebooster et maintenant le Vietnam nous attend. Aussi, il ne reste que 2 mois et nous avons largement dépassé la moitié du voyage et il nous arrive de plus en plus fréquemment de penser au retour. Pour plonger les lecteurs les plus assidus sur la voie du désespoir, c’est un peu comme si tu viens de passer la moitié de l’âge de ta vie. Les sentiments basculent en quête d’un autre horizon…

Publié dans carnet, cambodge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article