Ho Chi Minh Ville

Publié le par Ludovic

Ce n’est pas parce que Ho Chi Minh est une ancienne ville coloniale française qu’il faut s’attendre à retrouver ici, la même ambiance qu’à Luang Prabang. Bien au contraire (sauf pour la vache qui rit) !

Ho Chi Minh Ville

Loin de nous donc l’idée d’arpenter la ville à vélo. Le taxi apparaît comme une valeur beaucoup plus sûre et pratique. Car Ho Chi Minh, c’est d’abord un fourmillement de scooters.

A la vue des embouteillages de scooters, on n’imagine même pas la situation si tous les vietnamiens possédaient une voiture. Toute la route de Hanoï à Saigon serait saturée et l’air serait certainement encore moins respirable qu’à Pékin. Cela dit, l’inconvénient avec les scooters, c’est qu’une 2*2 voies se transforme rapidement en 2*15 voies. Donc si l’idée nous prend de traverser la route, faire son signe de croix avant n’est pas une mauvaise idée d’autant plus que les passages piétons ne sont là que pour le décor et que les feux tricolores sont aux abonnés quasi absents. A chaque traversée, le coeur s’emballe légèrement et les enfants sont mis au garde à vous : « Paul, la main ! », « Timothée, la main ! » et « Simon, les bras !!!! ». En bon ergonome, j’ai mis mon sens de l’observation à rude épreuve afin de comprendre la logique des priorités. Je n’ai toujours pas compris, certainement parce que nous venons de mondes différents et qu’ici la nature des choses prend une autre voie que la notre. Comme dirait une ancienne prof un peu allumée, c’est toute la différence entre la transcendance et l’immanence, il faut savoir derrière quelle paire de lunettes on pense les choses. Pas besoin d’ordre suprême (si ce n’est le parti bizarrement), de feux, de stop ou de cédez le passage pour que cette fourmilière s’organise efficacement. En fait, nous pourrions traverser la route les yeux fermés, il suffit de rester sur ta voie et ton voisin veillera sur toi. N’étant pas habitués, nous avons l’impression que c’est l’inverse car effectivement dès qu’on s’arrête d’avancer, on nous fonce dessus !

Ho Chi Minh VilleHo Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville

Comme pour la Chine, on pourrait penser que l’observation de la circulation constitue une bonne analyse de la société. Mais au Vietnam, nous constatons que sur la route, la conduite est collective alors qu’en Chine, l’individualisme prime. Est-ce parce que le capitalisme d’état chinois est plus avancé qu’au Vietnam ? Doit-on y voir l’héritage d’une culture communiste bien ancrée ?

A première vue nous pourrions penser que oui et je dirais même qu’il faut se les farcir les vietnamiens car le premier abord est osons le dire froid, distant et directif. Et ce n’est pas fini car d’après les avis de nombreux voyageurs c’est pourtant pire au nord du pays.

Mais peut-être à l’image de la ville d’HCMV, nous pourrions aussi voir ce pays ou tout du moins cette ville comme un paradoxe.

Ho Chi Minh Ville

Elle est à la fois aérée avec ses larges trottoirs, agréable, verdoyante (en tout cas pour le centre) … mais aussi fatigante, bruyante de jour comme de nuit. A l’ombre des grands buildings s’abritent des bâtisses d’un autre temps et d’un autre standing.

Ho Chi Minh Ville

Perpendiculairement aux grandes rues s’ouvrent de toutes petites ruelles larges d’1,5 m qui pénètrent de petits quartiers très calmes à l’intérieur de la ville.

Ho Chi Minh Ville

D’ailleurs, c’est dans l’une de ces ruelles que nous trouverons notre lit, chez Miss Loi Guesthouse (une super bonne adresse). Là on y découvre des gens très chaleureux avec le sourire, toujours admiratifs devant une famille avec trois garçons. La rue devient une terrasse ouverte où chacun vit avec son voisin.

Ho Chi Minh Ville

La promiscuité ne laisse aucune intimité. Nous avons d’ailleurs été surpris, un soir en rentrant, d’y voir plus de personnes réunies qu’à l’accoutumée. Même un orchestre de rue est là et on se dit que tout ça est en rapport avec la fête du têt. 10 mètres plus loin, au fond de la ruelle on aperçoit un jeune homme avaleur de sabres face à ce qui ressemble à un temple. On n’ose pas s’approcher, l’atmosphère étant vraiment particulière. On envoie Timothée en éclaireur qui nous dit qu’effectivement c’est un temple. Du coup on ose y aller et en fait c’est la maison d’une grand-mère qui vient de décéder… 2 heures plus tard, c’est le karaoké du voisin qui nous tiendra éveillés !

Ho Chi Minh Ville

Comme à Can Tho, Saigon (car beaucoup de vietnamiens appellent encore la ville comme ça) a revêtu ses parures de la fête du têt avec ses drapeaux rouges coco et rabaissé tous les rideaux de ses commerces.

Ho Chi Minh VilleHo Chi Minh VilleHo Chi Minh Ville
Ho Chi Minh VilleHo Chi Minh Ville

On imagine que l’image que nous en gardons est très éloignée de sa réalité quotidienne. Nous avons donc l’avantage d’un pseudo calme à priori et l’inconvénient de l’inactivité (commerciale). Nous prendrons alors essentiellement le temps de parcourir le centre ville, sans trop se presser, pour découvrir quelques vestiges de l’époque coloniale, comme la cathédrale Notre Dame,l’ancienne poste dessinée par Gustave Eiffel, le palais de la réunification, l’opéra…mais aussi de très belles pagodes remplies de monde et de tortues toutes très belles et différentes, un très joli temple hindouiste…

La cathédrale Notre Dame

La cathédrale Notre Dame

La Poste
La Poste
La Poste

La Poste

Le palais de la réunification

Le palais de la réunification

Ho Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville
Temple Hindou
Temple HindouTemple Hindou
Temple HindouTemple HindouTemple Hindou

Temple Hindou

Nous visiterons le musée des vestiges de la guerre anciennement appelé « le musée des crimes de guerre américain » ou « musée de horreurs ». De la quincaillerie de mort utilisée pendant la guerre aux images les plus atroces, tout y passe. On ne sait pas quelles images les enfants vont en garder, on espère simplement qu’ils détesteront la guerre !

Ho Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville

Ca fait un peu beaucoup pour Simon, entre l’avaleur de sabres et les images ensanglantées de la guerre, il sent les cauchemars le guetter pour la nuit. On culpabilise un peu en craignant que notre voyage se transforme en maltraitance pour enfant de moins de 5 ans…Ouf, une salle de jeux à l’intérieur du musée nous sauve : ils pensent à tout les vietnamiens!!

Pour compenser, on leur consacrera également une journée au Water Park pour couper les visites. Forcément, tous les habitants de la ville, puisqu’ils sont en vacances ont eu la même idée que nous et nos tympans peineront à s’en remettre tout comme l’estomac de Valérie et Paul. Un voyage en famille oblige à quelques sacrifices, c’est bien le mot même si les attractions de ce parc aquatique surclassent largement Center Park pour le prix d’une entrée dans une piscine communale. Nous terminerons la journée au water puppet show, un théâtre de marionnettes aquatiques, pour notre plus grand plaisir à nous tous.

Ho Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville

La dernière journée, nous la passeront en dilettante entre les abords du marché Ben Tianh, le quartier chinois avec ses multiples pagodes,les cours des enfants, le blog et l’organisation de la suite de notre périple, notre quotidien à nous !

On se croirait à Hong Kong ou Pékin
On se croirait à Hong Kong ou Pékin
On se croirait à Hong Kong ou Pékin

On se croirait à Hong Kong ou Pékin

Ho Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville

Publié dans carnet, vietnam

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article