Chiang Maï, avec modération

Publié le par Ludo & Val

Lop Buri - Chiang Maï, c’est 13 heures de train. Mais heureusement pour nous, il s’agit d’un train de nuit ce qui nous évite une demi-journée complète à enchaîner le UNO, Pirate-attaque et les 7 familles de Barbapapa. Cela dit, la nuit ne passe pas si vite lorsque notre couchette se situe juste à côté des toilettes et que la planéité de la voie tient davantage d’un champ de patate qu’un billard. Et de plus, les courants d’air avec la ventilation à max, et bien ça caille!! Mais bon, les enfants n’ont pas trop mal dormi et là est l’essentiel et nous sommes heureux à l’idée de pouvoir se poser 6 jours pour Noël. Nous passerons d’ailleurs le premier après-midi à revisiter la décoration de la chambre pour accueillir comme il se doit le père-noël.

Préparatifs de Noël

Préparatifs de Noël

Le père noël est bien passé ouf!!! et bien passé en plus de cela!!! il s’est juste un peu blessé en atterrissant sur la terrasse de l’hôtel!! Notre déjeuner de Noel sera une excellente pizza (le meilleur resto du monde dira Timothée) dans le centre de chiang mai!

Chiang Maï, avec modération

Chiang Maï est une ville à taille humaine qui vaut le détour à priori. Effectivement on s’y sent parfaitement à l’aise.

Notre nouvelle cantine

Notre nouvelle cantine

Le Pad thai

Le Pad thai

Tout est fait pour faire plaisir aux touristes que nous sommes: rues commerçantes, petites ruelles appelées « soi », marchés de nuit, marchés de jour, marché aux fleurs, marché du dimanche… animation permanente… Mais dans le fond, la ville manque cruellement d’authenticité même si notre semaine était juste suffisante pour tenir un programme très dense finalement. Y’a de quoi bien remplir nos journées à chang mai, ça c’est sur!!

Chiang Maï, avec modération
Chiang Maï, avec modération
Chiang Maï, avec modération
Chiang Maï, avec modération
Sunday market
Sunday market

Sunday market

Chiang Maï, avec modération

Nous avions hésité à faire une boucle dans la province de Mae Hong Son mais l’idée d’enchaîner plusieurs heures de cars avant notre périple au Laos nous a un peu refroidi, ce que nous aurions fait sans les enfants. Nous nous sommes donc contentés d’enchaîner le circuit des temples de la vieille ville, un trip dans la vallée de Mae Taeng pour câliner tigres et insectes, balade à dos d’éléphant, excursion dans le parc national de Suthep-Pui, visite de villages karen et hmong (ethnies montagnardes du nord de la thailande et de la birmanie), cascades et enfin une visite du très étendu zoo de Chiang Maï (qui vaut le coup en dehors de son aquarium).

C'est quoi ce truc ?????
C'est quoi ce truc ?????

C'est quoi ce truc ?????

Ballade avec les éléphants
Ballade avec les éléphants
Ballade avec les éléphants
Ballade avec les éléphants
Ballade avec les éléphants
Ballade avec les éléphants
Ballade avec les éléphants

Ballade avec les éléphants

Eux, ils ne piquent pas au moins
Eux, ils ne piquent pas au moins
Eux, ils ne piquent pas au moins

Eux, ils ne piquent pas au moins

Cascade du parc national de Suthep Pui

Cascade du parc national de Suthep Pui

Le zoo de Chiang Maï
Le zoo de Chiang Maï

Le zoo de Chiang Maï

Village Hmong

Village Hmong

Chiang Maï, avec modération

Le village hmong, assez authentique quand même, nous permet de voir des cultures de thé et de café en particulier du thé aux champignons !! (gout particulier pour nos palais sensibles!) et de découvrir la fleur d’opium (non, non nous n’avons pas fumé d’opium ni gouté de champignons hallucinogènes…); les enfants apprécient de gouter les fraises de cette région, très bonnes d’ailleurs! Nous découvrons également leurs habits traditionnels, leurs coutumes, leur habitat.

Chiang Maï, avec modération
Chiang Maï, avec modération
Chiang Maï, avec modération
Chiang Maï, avec modération

Le Doi Suthep (1676 m) et le Doi Pui (1685m) sont les sommets sacrés de chang mai qui se dressent au dessus de la ville avec dans son coeur le Wat Suthep, l’un des temples les plus vénérés du nord du pays. L’ascension des 306 marches bordés de 2 rampes en forme de « naga » est très sympa. L’affluence est énorme en ce dimanche midi mais nous apprécions les rites, les processions, les moines qui défilent autour de ce pittoresque chedi doré et des différentes statues de Bouddha. D’ailleurs, nous remarquons qu’a chang mai les temples sont différents de ceux visités ailleurs dans le pays; ils possèdent des caractéristiques de l’art lanna (chang mai est la capitale lanna avec 300 temples dans la ville) avec des toits à 3 étages, des peintures dorées à l’intérieur ou des fresques avec des moines en cire plus vrai que nature (Simon se demandera à chaque fois si c’est des vrais ou des faux!).

Le temple...
Le temple...

Le temple...

... et son entrée

... et son entrée

Moine en cire

Moine en cire

Il fait froid à Chiang Maï
Il fait froid à Chiang Maï

Les différents marchés, tous différents, nous permettent de gouter à différents plats locaux , d’apprécier l’artisanat local et de voir que la vente de bonnets en laine trouve preneurs dans ce pays chaud, va comprendre!! Moines ou jeunes filles à la mode portent ces chauds bonnets et nous pensons à vous, en France, en train d’affronter le froid et la neige…! Nous, nous restons en tongs et tee shirt; la mode thaïlandaise, on verra pour plus tard!

Qui veut un bonnet ?

Qui veut un bonnet ?

Si l’on compare Chiang Maï à une ville française, on y compte plus d’agences de voyage que de boulangeries. C’est hyper simple d’entreprendre n’importe quel circuit. De notre côté nous nous sommes simplement contentés de prendre les traditionnels sorng-taa-ou (taxi pick up rouge) et de concocter notre programme sur la base des indications du Lonely et des différents blogs que nous consultons.

Dans notre sorng-taa-ou

Dans notre sorng-taa-ou

Mais dans un rayon de 50 km autour de Chiang Maï, il est difficile de sortir des sentiers battus. Notre expérience la plus navrante fut celle de la visite du village des Long Neck. Il faut payer un droit d’entrée dans le village assez élevé (500 bath par personne) pour se retrouver dans une allée d’étals de produits artisanaux pour touristes tenus par les femmes-girafe. Effectivement la rencontre avec celles-ci est forcément marquante même si nous nous sentons pas vraiment à l’aise devant cette mise en scène. Certes, notre visite leur permet de vivre, mais sont-elles vraiment heureuses ? Le fait de perpétuer cette tradition est-il subi ou non ? Tire-t-elle vraiment bénéfice de notre visite ou est-ce plutôt les hommes postés à l’entrée du village pour nous soutirer un droit d’entrée ? Toujours difficile de savoir s’il fallait vraiment y aller sans connaître la vérité sur leur situation.

Le village des Long Neck
Le village des Long NeckLe village des Long Neck
Le village des Long Neck

Le village des Long Neck

Ce que nous savons, c’est que ces « femmes girafes » sont des femmes kayans (ou padaung) qui font partie de l’ethnie karen, ethnie la plus répandue dans cette région.

L’origine de cette coutume n’est pas très claire mais ce qui est sûr c’est que les anneaux de cuivre qu’elles portent autour du cou pèsent sur leur colonne vertébrale et la cage thoracique, ce qui donne l’impression que ces femmes ont un cou encore plus étiré. Rien ne prouve que ces anneaux nuisent à leur santé. Enfin, en réalité, ces femmes retirent et rattachent cet anneau à leur guise sans problème. Ce n’est peut être finalement qu’un accessoire de mode.

Cependant, le sort qu’elles partagent avec les autres réfugiés birmans n’a rien d’enviable. Autrefois agriculteurs autonomes, ces gens n’ont aujourd’hui plus aucun statut (la nationalité thaïlandaise leur est refusée) et ne peuvent survivre que grâce à l’aide humanitaire ou au tourisme. Des ONG ont « envoyé » plusieurs familles en Australie ou nouvelle Zélande pour leur permettre de mieux vivre la bas.

Chiang Maï, avec modération

Il y a tant de choses à faire à Chiang mai que nous pourrions y rester un mois mais nous sommes contents de quitter cette ville pour un village karen en pleine nature sans voiture, sans touristes et sans internet!

En résumé, Chiang mai c’est bien mais trop de touristes tuent le tourisme au point de transformer une partie de la province de Chiang Mai en un gigantesque parc d’attraction!! En même temps, la période de Noel n’était peut être pas la plus adaptée.

Publié dans thailande, carnet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Chili 05/01/2015 11:38

Meilleurs voeux à toute la tribue pour cette nouvelle année!!
Je vous souhaite bonne continuation pour la suite de votre périple qui me parle de plus en plus ;-)
Gros bisous à tous les 5!

Ludovic Bugand 06/01/2015 03:25

Bonne année à vous aussi
Bises

Evelyne 02/01/2015 23:59

Re coucou z a vous! Oui la thaïlande est un pays depuis longtemps touristique avec ses inconvénients. Si les ethnies du nord hors des sentiers battus restent authentiques, elles sont aussi bien pauvres... À part zoo et femmes giraphe, j'ai foulé les mêmes lieux.. J'ai pu passer un réveillon dans une espèce de fête foraine organisée par les moines, la totale : pêche aux canards, insectes grillés et piste de danse folklo puis le lendemain offrandes apportées avec tous les habitants des environs. Que 2015 se poursuive pour vous aussi bien que 2014 s'est terminé!!! Bises