A la rencontre des ethnies montagnardes

Publié le par Ludovic

A la rencontre des ethnies montagnardes

C’est peut-être l’une des premières fois du voyage que l’on se sent vraiment loin de tout, sur une terre inconnue qui nous surprend et nous émeut. Légèrement déçus par Chiang Maï, nous avions fait le choix de ne pas s’arrêter à Chiang Raï pour prendre directement la direction de la campagne montagnarde thaïlandaise afin d’aller à la rencontre des principales ethnies de la région. En fait nous avons juste fait une pause pour découvrir le surréaliste temple blanc datant de 1997 avant de rejoindre « My Dream Guesthouse » à mi-chemin entre Chiang Raï et Thaton.

A la rencontre des ethnies montagnardes
A la rencontre des ethnies montagnardesA la rencontre des ethnies montagnardes

My dream Guesthouse est une simple auberge qui propose des bungalows pour moins de 10€ la nuit face à la rivière Mae Kok et au milieu d’un village Karen. Le sympathique propriétaire, Nan, est lui-même un Karen et c’est avec lui que nous visiterons les villages alentours.

My dream guesthouse
My dream guesthouseMy dream guesthouse

My dream guesthouse

Une chose nous surprend à chaque fois; c’est toujours dans les contrées les plus reculées que nous entendons principalement parler français. Ce n’est pas pour nous déplaire, car cela fait du bien, surtout à l’approche du nouvel an, de pouvoir vraiment échanger.

Nous fêtons également le nouvel an à notre manière en se préparant des cocktails à base de samsong, un alcool local (qui manquait tant à Valérie qui n’aime pas la bière) et de fantas orange, frites maison et saucisses pour les enfants! Mais surtout, ce que nous retiendrons, c’est la fête pour les enfants du village près de leur petite église protestante. Nous avons même été invité à rejoindre la scène pour nous introduire, présenter notre voyage et chanter des chansons françaises. Cette petite fete animée par un jeune de la paroisse alternait prières, chants, spectacles d’enfants, de clowns, de témoignages avec distribution de bonbons!!…C’était très émouvant!! Les enfants ont su vaincre leur timidité pour jouer le jeu et nous sommes vraiment fiers d’eux. C’est aussi une manière de nous montrer qu’ils prennent goût à ce voyage.

A la rencontre des ethnies montagnardes
A la rencontre des ethnies montagnardes

La première journée, nous ferons le tour du village karen pour aller à la rencontre des habitants, des poules et des cochons et de leurs habitations traditionnelles en bambou sur pilotis. Nous emprunterons également un petit chemin sur lequel nous ferons demi-tour face à une course poursuite de buffles. Un peu plus loin, après l’école du village et « la petite usine à riz », nous traversons un pont suspendu en bambou (construit en 2541!) pour rejoindre un village Lahu qui nous apparaît beaucoup plus pauvre. Nan nous apprendra que celui-ci est surtout connu pour ses trafics de drogue et le meurtre de l’année précédente. On se demande bien comment de la drogue peut arriver dans un endroit pareil, mais c’est oublier que nous sommes proches du triangle d’or, historiquement connu pour ses trafics d’opium et maintenant de drogue, d’amphétamines à priori.

A la rencontre des ethnies montagnardes
La station essence

La station essence

La "machine à riz" du village

La "machine à riz" du village

Eglise protestante Lahu

Eglise protestante Lahu

Cuisson des oeufs dans les sources d'eaux chaudes
Cuisson des oeufs dans les sources d'eaux chaudes

Le lendemain, 1 janvier 2015 pour nous et 2558 pour les bouddhistes, nous accompagnerons Nan pour sillonner les villages aux alentours en allant à la visite d’une ethnie chinoise, d’un autre village Lahu, d’un village Karen et d’un village Akha en passant par de belles cascades pour finir par un petit bain dans des sources d’eaux chaudes.

Source d'eau chaude

Source d'eau chaude

Toutes ces ethnies ont le niveau de vie le plus bas de Thaïlande. C’est un choix qui renvoie aux modes de vie traditionnels et l’idée de s’émanciper de la société de consommation. Mais c’est aussi l’histoire des plusieurs communautés qui n’ont pas eu d’autres possibilités de s’installer là où on leur laissait une place. Il est intéressant de voir Nan commenter la chance que chacune de ses ethnies peut avoir d’habiter dans une nature aussi luxuriante qui leur offre toutes les ressources nécessaires à leur survie. Mais cette chance masque une forme de compromis passé avec le gouvernement thaïlandais pour que ces peuples puissent vivre selon leurs propres règles et coutumes à condition qu’ils ne soient pas dépendant du portefeuille des thaïlandais. L’accès à l’école, au salaire minimal et aux soins n’ont pas lieu d’être pour ces villageois pourtant ce sont autant de chemin qui mènent à la liberté. Le respect des traditions ancestrales n’est peut-être qu’un lot de consolation à condition qu’elles ne s’établissent loin de la vue des tous, tout au bout des chemins poussiéreux. Il est d’ailleurs très surprenant de voir autant d’ethnies différentes regrouper sur un aussi petit périmètre avec l’injonction de vivre en harmonie. Pourtant les différences sont saisissantes qu’il s’agisse de l’habitat, de la langue, de l’agriculture, des vêtements ou de la religion, comme si nous nous retrouvions au carrefour de 5 ou 6 pays complètement différents.

Dans le village chinois, nous retrouvons un petit temple, des lanternes rouges partout avec des inscriptions en chinois sur les portes des maisons. Nan nous explique qu’ils peuvent avoir 2 femmes. Ils sont plutôt spécialisés dans les plantations de thé.

A la rencontre des ethnies montagnardesA la rencontre des ethnies montagnardes
A la rencontre des ethnies montagnardes
A la rencontre des ethnies montagnardes
A la rencontre des ethnies montagnardes

Chez les Lahu, où nous prendrons le café dans une maison traditionnelle (eau chauffée dans une bouilloire sur un feu de bois), les femmes sont vêtues de vestes noir et rouge et de jupes étroites, les hommes de pantalons flottants vert ou turquoise. Leurs habitations, constituées de bois, de bambou et d’herbes, sont édifiées sur de courts poteaux en bois. Ils sont polygames.

Village LahuVillage LahuVillage Lahu
Village LahuVillage Lahu
Village LahuVillage Lahu

Village Lahu

Statue à l'entrée du village
Statue à l'entrée du village

Dans le village Akha, les maisons, en bois et en bambou, reposent sur des pilotis et leur toit est couvert d’un épais tapis d’herbes. A l’entrée du village, une statue en bois représente un homme et une femme aux organes démesurés qui rappellent la croyance Akha selon laquelle le monde des esprits exècre la sexualité humaine. Un porche en bois sommaire, deux montants surmontés d’un linteau, s’élève aussi à l’entrée du village; les chamans y fixent divers fétiches en bambou afin d’éloigner les esprits malveillants. Leurs vêtements traditionnels se composent de coiffes ornées de perles, de plumes et de pendentifs en argent.

A la rencontre des ethnies montagnardes
Vêtements Akha
Vêtements Akha
Vêtements Akha

Vêtements Akha

A la rencontre des ethnies montagnardes

Les Karens vivent généralement un peu plus bas dans les vallées dans des maisons sur pilotis (elles ressemblent aux maisons lahu et akha de l’extérieur)afin de ne pas dormir au milieu des bêtes comme les cochons. Les karens ont une idée très simple pour repérer facilement les femmes célibataires qui portent une tunique à col en V blanche alors que les autres sont roses. Il suffisait d’y penser !!!

A la rencontre des ethnies montagnardesA la rencontre des ethnies montagnardes
A la rencontre des ethnies montagnardes
A la rencontre des ethnies montagnardes
A la rencontre des ethnies montagnardes
Déjeuner dans le village Karen
Déjeuner dans le village Karen

Déjeuner dans le village Karen

Publié dans carnet, thailande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Gwen 06/01/2015 21:58

Tres bon anniversaire à Timothé !! bises

val 07/01/2015 09:09

merci gwen! timothée a fété ses 8 ans au Laos au bord du Mékong! Il souhaitait une pizza, nous avons cherché et avons trouvé! En dessert, un pancake a fait l'affaire pour poser les bougies et les souffler! A la guest house, un monsieur thai fêtait également le sien et nous avons chanté ensemble et partager une part de gâteau et une saucisse...! c'était très sympa! gros bisous

Chili 06/01/2015 09:39

Superbe récit comme d'habitude Ludo! cela ne me laisse pas insensible naturellement. J'ai eu l'occasion de vadrouiller dans cette région en scooter pendant quelques jours et l'émotion que tu décris semble ne pas avoir pris une ride en 10 ans... c'était à l'époque du "songkran" et je peux te dire que je m'en suis pris des sceaux d'eau dans la tronche par les gamins au bord des routes, c'était à la fois drôle et dangereux... j'espère que vous le vivrez en principe c'est en avril ( http://www.calendrier-des-religions.ch/fetes.php?t=1 ). Sinon au Laos, n'hésitez pas à séjourner et à passer quelques nuits dans un monastère, c'est gratuit (enfin vous donnez ce que vous voulez) et c'est une expérience dont on se souvient toute sa vie (une de plus)

Anne-Marie 05/01/2015 17:57

Ssuper-chouette votre séjour dans les villages (ça me rappelle la région de Soppong - Mae Hong Son).
C'est un 1er de l'an qui laisse des souvenirs pour longtemps.
Par contre, vous me faites un peu sourire quand vous écrivez "on se demande comment la drogue peu arriver dans un endroit pareil". Le climat qui convient à la culture de l'opium est aussi celui du thé et du café (promus par le gouvernement comme culture de substitution, mais entre ce qui est promus et ce qui se fait pour de vrai ...).
Après ces quelques jours dans les montagnes du Nord vous risquez de trouver certains coins touristiques un peu fades. Mais ça fait aussi partie du voyage.

Ludovic Bugand 06/01/2015 03:24

D'où l'intérêt des pilotis

Ludovic Bugand 06/01/2015 03:23

Zut, zut et rezut on a manque le betel
Peut être goûterons nous au Laos ?

Ludovic Bugand 06/01/2015 03:22

Effectivement l'opium vient de la mais dans ce village c'était plutôt des trafics d'amphétamines ...
Bises

Evelyne 05/01/2015 21:52

Argh j'ai encore oublié un truc : avez-vous macher du betel ? (comme la grand-mère prise en photo avec les petits gars). Moi j'aime bien....me marrer avec un sourire dracula dans la forêt !

Evelyne 05/01/2015 21:29

Photo très sympa de la cuisson des oeufs... Bises

Evelyne 05/01/2015 21:26

Yes les villages avec leurs petits cochons noirs.... Souvenir d'une nuit de randonnée chez l'habitant au dessus des bêtes avec un concert de groin groin et divers ronflements. Nous avions orienté nos couches pour respecter les photos des ancêtres... Mais c'était au viet-nam, il y a des ethnies communes.