2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang

Publié le par Ludovic

Nous attendions ce moment depuis longtemps. D’une part l’envie de fouler les terres du Laos suite aux récits de nombreux voyageurs et d’autre part, l’idée d’approcher de plus près ce grand fleuve mythique qu’est le Mékong.

2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang

Mais avant cela, il fallait traverser la frontière entre la Thaïlande et le Laos au niveau de Chiang Khong. Historiquement, il suffisait de prendre le bac à Chiang Khong pour traverser le Mékong avant d’arriver à l’embarcadère de Houay Xai, côté Laos. Mais depuis peu, un pont enjambe le fleuve ce qui ne facilite pas pour autant notre tâche car celui-ci est construit à 10 km de la ville. Donc concrètement, notre car en provenance de Chiang Mai nous dépose sur le bord de la route à quelques kilomètres de Chiang Khong. De là, un tuk tuk nous attend pour nous diriger vers le pont. On passe le bureau d’immigration Thailandais pour avoir notre précieux tampon de sortie. Il faut ensuite prendre un autre bus juste pour traverser le pont. On doit même payer pour nos valises seulement si elles sont équipées de roulettes. Arrivés de l’autre côté de la rive, il faut refaire les mêmes étapes en sens inverse : bureau d’immigration puis tuk tuk. nous avons parfois l’impression qu’en Asie, tout est pensé non pas pour nous simplifier la vie mais surtout pour nous faire raquer à la moindre occasion. C’est un peu l’économie masquée du tourisme qui consiste à faire payer un tas de services inutiles si ce n’est à l’emploi local ce qui est à la rigueur une juste chose vu les écarts de pouvoir d’achat entre l’Europe et l’Asie.

Pour cette « croisière », il y a deux possibilités : prendre un speed boat de 4/5 places qui fait la descente en 4 heures ou prendre le slow boat (25€ par personne) qui met 2 jours dont une étape de nuit à Pakbeng. Beaucoup déconseille le bateau rapide trop bruyant et dangereux à tel point que les passagers ne portent pas de gilets de sauvage mais un casque de motard. En gros, si tu te plantes, t’es mort et il ne sert donc plus à rien de flotter. Nous jouons donc la carte de la sécurité (ce qui reste un bien grand mot) surtout que sur 6 mois, on peut bien passer 2 jours sur le Mékong même si nous doutons de la capacité des enfants à rester émerveillés devant le paysage pendant 2 fois 7 heures.

2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang

A peine arrivés à Houay Xai ,nous réservons nos places par l’intermédiaire de notre guest house qui nous assure de pouvoir nous situer à l’avant du bateau. Car l’arrière du bateau, outre ses passagers, est également occupé par un puissant et bruyant moteur de poids lourd (mais sans capot) nécessaire pour propulser cette embarcation d’au moins 30 m de long sur laquelle embarque 100 à 150 personnes. Inutile donc d’arriver 2 heures avant le départ comme l’indique le Lonely pour s’assurer une bonne place car les premières rangées sont désormais numérotées. L’assise aussi s’améliore : ce ne sont plus des bancs en bois mais des sièges de voitures usagés !

Notre slow boat

Notre slow boat

20 minutes avant le départ affiché nous embarquons sur le bateau censé partir à 11h. Finalement nous quitterons la rive avec presque 2 heures de retard sans en connaître la raison. Je me risque à 2 hypothèses : la volonté des Laotiens de taquiner notre impatience pour nous habituer dès l’entrée dans leur pays à son rythme nonchalant ou bien le temps qu’il a fallu à un groupe d’une trentaine de touristes pour négocier un second bateau pour des raisons de sécurité, le notre étant déjà complet. La deuxième est sans doute la bonne mais elle permet surtout de se confronter à la première. Nous partons néanmoins le sourire aux lèvres en ayant épuisé tous les jeux prévus pour occuper les enfants pour toute la traversée. Ils resteront néanmoins assez cool en profitant de 50 cm2 à leur disposition pour jouer ! Car il faut le dire, notre rythme de voyage leur laisse peut l’occasion de jouer tranquillement durant de longues heures. Nos temps libres sont surtout occupés à faire les devoirs scolaires.

2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang

Mais ce que nous retenons de ces deux jours, c’est surtout un spectacle d’un grande beauté. Nous suivons les méandres du Mékong dans le creux des montagnes avoisinantes. Ses berges sont tantôt parsemés de roches effilées tantôt maquillées par des criques de sables blancs ou encore d’abruptes falaises. La conduite du bateau n’est pas aisée pour le batelier contraint à une attention permanente pour deviner les rochers qui se cachent à fleur d’eau ou pour anticiper le passage des rapides. Nous, on se laisse bercer en alternant un regard vague vers les berges vite interrompue par les enfants.

2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang
2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang
2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang
2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang

Mais cela suffit quand même pour observer l’activité des pêcheurs et des agriculteurs sur ses rives mais aussi des femmes qui lavant le linge, des enfants qui se baignent. Les rives du Mékong sont comme La Loire, couvertes de sable à la différence près que celles-ci sont transformées en petites parcelles où poussent légumes en tout genre le temps de la saison sèche.

2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang
2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang
2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang
2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang
2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang
2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang

Dans le bateau, deux populations se distinguent, les touristes comme nous qui font le trajet jusqu’à Luang Prabang armés de leur Nikon ou Canon et munis d’un sandwich acheté à l’embarcadère. Et puis les laotiens qui occupent soit tout l’avant du bateau soit sa coursive arrière. Ils font le voyage avec leurs gros sacs de 30 ou 40 kg de riz qu’ils doivent revendre au fil du Mékong. Certains font tout le trajet mais d’autres s’arrêtent en cours de route. Pour eux, pas de sandwich mais un pochon de riz gluant accompagné d’un petit poisson grillé ou d’un morceau de porc froid.

2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang
2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang

Chacun se toise un peu du regard avec le sentiment que nous vivons dans des mondes parallèles très éloignés que seuls quelques sourires permettent de rapprocher. Parmi eux certains descendront en cours de route, lors de brèves escales sur un plage derrière laquelle se cache un petit village. C’est pour nous l’occasion de s’approcher un peu plus des habitants du Mékong qui apparaissent à l’arrivée du bateau tels des insulaires naufragés.

2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang
2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang
2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang
2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang

Une famille prendra place à bord à nos côtés ou plus exactement aux places que les enfants avaient désertés. Après quelques regards intimidés d’un côté comme de l’autre, nous partageons alors un peu du gouter des enfants et nous lançons dans une partie de UNO. 1er vrai moment d’échange et de partage avec des laotiens.

2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang
2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang
2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang
2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang

Au final, nous ne verrons pas le temps passé pendant ces deux jours au fil du Mékong au point même que nous hésiterons à débarquer à notre arrivée à Luang Prabang. En fait, rien n’indique l’arrivée si ce n’est le mouvement des laotiens à l’approche des berges. Nous débarquons en fait 10 Km avant Luang Prabang. Les berges ne sont pas aménagées alors que des centaines de voyageurs débarquent ici chaque jour depuis des années. Une petit planche de 15 cm fait office de passerelle et il faut ensuite gravir un énorme talus de 10 m de haut avec nos grosses valises sur le dos. Arrivés sur le haut de la berge, une armée de tuk tuk nous attend pour rejoindre la tant attendue ville de Luang Prabang.

2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang
2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang2 jours sur le Mékong de Houay Xai à Luang Prabang

Pourtant nous ne sommes pas encore au bout de nos surprises. Il ne s’agit pas de marchander avec le chauffeur pour partir aussitôt. Comme dans tout bon régime communiste, la décision est centralisée. Un guichetier nous indique un tuk tuk à prendre et celui-ci ne partira que lorsque les 7 places seront occupées. Nous empressons donc de nous arranger avec un couple belge histoire de rejoindre la ville avant la nuit. Mais non, cela ne suffira pas car il faut ensuite attendre que le chauffeur décide de partir après avoir fait monté quelques locaux en plus à bord. Je ne pensais pas qu’un Tuk tuk pouvait transporter une telle charge avec les lourds bagages sur le toit!

Tout est possible au Laos, mais il faut savoir être patient !

Publié dans carnet, laos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Chili 13/01/2015 09:32

Excellent souvenir aussi en slow boat... malgré qu'au départ, pour des raisons un peu différentes des votres, j'avais attendu deux longues heures avant d'embarquer... faute à un lao monté à bord voulant vendre à chaque passager une assurance sur des imprimés AGF (faux évidemment) sans quoi le bateau ne partirait pas... épuisé il a du renoncer devant le bloc de réfractaires qui se dressait face à lui!! (il avait été jusqu'à nous menacer de nous faire embarquer par la police à l'arrivée... bien entendu il n'en fut rien... ah l'Asie ;-))
Sinon sur le mékong, j'ai quelques souvenirs d'individus non identifiées flottant à la surface de l'eau... Sans aucun doute, dû au commerce dangereux dans la région du triangle d'or situé en amont du fleuve... mais quel émerveillement à l'arrivée à LP (c'était comme je vous l'avais dit le songkran)... vous allez adorer le Laos d'est en ouest et du nord au sud sans aucun doute, je ne vous rien vous allez vous en rendre compte par vous même... Biz à vous 5

Nico 09/01/2015 23:00

Ah , le slow boat sur le Mékong... Quel souvenir !! 3 jours au lieu de 2 car le notre était tombé en panne de moteur.
Ils ont drôlement amélioré le confort, on dirait ! Nous avions eu droit aux bancs en bois, perpendiculaires au fleuve, bonjour le torticolis et le mal de fesses les jours suivants!
Mais effectivement, c'était magnifique !
Biz